Marie Sophie par Winterhalter

La première vision qu’avait Marie Sophie de son futur royaume fut belle, celle qu’elle eut de son mari fut différente. Bien qu’ayant été habituée aux surnoms, courants dans sa fratrie, elle avait été surprise d’apprendre que le surnom de son mari était “Lasa”, “Lasa” pour lasagne, pâtes que le prince aimait particulièrement. Et c’est ainsi que son père l’appelait. Les autres l’appelaient “Cicillo”, de “Fransceschiello”, petit François. Il sera toujours appelé ainsi et est encore connu à Naples sous ce diminutif affectueux, mais pas très aristocratique.

Les autres avaient aussi des surnoms, donnés par le roi, “Tetè” ou “Tetella” pour la reine, “Ciolla” pour Marie-Annonciade, “Petita” pour Marie-Immaculée, “Nicchia” pour Marie des Grâces. Cette simplicité familiale, à laquelle elle était habituée chez elle, n’était peut-être pas ce qu’elle recherchait.

Port de Bari au XIXe

A peine le navire accosté, François monta à bord. Et du portait que Marie-Sophie avait reçu, il ne restait que l’uniforme. Le prince était grand mais maigre et voûté, le visage jaunâtre, les épaules étroites, le regard mort, les yeux toujours baissés et l’air idiot.

François II à l’époque du mariage

François de son côté eut la vision d’une beauté altière et rayonnante. La beauté des soeurs de Bavière n’était pas une légende. Il ne cessa de répéter par la suite “Dieu, comme elle est belle.” Après François, elle dut faire connaissance de sa belle-mère, la reine Marie-Thérèse qui lui parla en allemand. Elle réalisa très rapidement que le jeune prince avait une attitude plus que respectueuse pour sa belle-mère. Il était craintif et soumis. Avec Ferdinand II, le contact fut réciproquement chaleureux. Il en fut de même avec ses beaux-frères et belles-soeurs.

Mais le plus difficile, une fois la cérémonie de mariage répétée dans la chapelle palatine, restait à accomplir. Non seulement François, à 23 ans, était vierge mais il n’avait reçu aucune éducation sexuelle. Agité et confus, son premier geste, une fois dans la chambre nuptiale, fut de se jeter sur le prie-Dieu et faire ses dévotions. Marie Sophie l’attendit en vain. Les courtisans, oreilles tendues derrière les portes, en furent pour leurs frais. François était malade et Marie Sophie s’était endormie. Il en fut longtemps ainsi mais il est probable que Marie Sophie, à peine nubile et aussi peu experte que lui en la matière, n’en pas été perturbée. Ce ne fut pas la même nuit de noces que celle de sa soeur, Elisabeth, qui, parait-il  à son grand traumatisme, fut honorée par un mari amoureux comme un sous-lieutenant.

Palais de l’Intendance à Bari

Les fêtes se succédèrent à Bari pendant un mois où la beauté de la mariée fit sensation, surtout le soir à l’opéra, où vêtue de blanc, ornée de diamant elle apparut dans la loge royale. Ce fut un mois de gaieté pour tous ces jeunes princes et princesses qui s’étaient adoptés mutuellement. Le 7 mars 1859, la cour prit la mer car l’état de Ferdinand II ne lui permettait pas de voyager par la route. Il leur fallut cinquante heures pour rejoindre Naples.

François et Marie Sophie se sont rapprochés, dès leur arrivée à Caserte, le palais inspiré de Versailles et construit à quelques kilomètres de Naples. Il est le plus grand palais royal au monde avec ses 47 000 mètres carrés (4,7 ha) de superficie bâtie au sol, développée sur cinq étages. Commencé en 1752, il ne fut terminé qu’en 1845.

Vues de Caserte

Malgré leurs jeux innocents – comme pour François de se vêtir de la crinoline de sa femme et danser devant elle, écroulée de rire – Marie Sophie n’est pas heureuse car elle sait ce que l’on attend d’elle. Une reine qui n’est pas mère est à peine une reine. Et François ne prend pas le chemin d’être père, même s’il doit bientôt être roi. Ce fut à son confesseur de lui conseiller d’accomplir ses devoirs conjugaux mais s’il était amoureux de sa femme, et le lui prouvait par ses attention, il était impressionné par sa beauté et empêché par son phimosis. On ne sait pas quand Marie Sophie et François devinrent réellement mari et femme, mais on suppose que cela s’est passé après l’opération du phimosis, une fois en exil à Rome.

Caserte, chambre de François et Marie Sophie

Marie Sophie pleurait souvent, suivant les confidences de sa dame d’honneur. Mais elle avait une raison supplémentaire de pleurer, l’attitude de sa belle-mère. Comme sa soeur Elisabeth avec l’archiduchesse Sophie, elle était en conflit avec elle. Marie-Thérèse ne l’aimait pas et il se murmurait à la cour qu’elle se réjouissait de la situation, l’absence d’un héritier de François, rapprochait son fils aîné du trône, François n’étant que son beau-fils.

Marie-Thérèse de Habsbourg-Teschen, reine des Deux-Siciles

Et celui-ci la craignait et l’invoquait à chacun des gestes de Marie Sophie qui risquait de déplaire à la reine. Marie-Thérèse toutefois passait l’essentiel de son temps dans le chambre de son mari, qui entouré de prêtres et de ministres, continuait à gouverner le royaume, avec une inquiétude grandissante, non quant à sa santé car il se savait condamné mais pour le royaume dont il percevait les dangers qui le menaçaient. Ayant François et Sophie à son côté, tous les jours, il leur conseillait de se méfier des “Parents de Turin”. La guerre entre l’Autriche, la France et le Piémont, première étape vers l’unité italienne, se préparait. Le roi le savait mais il n’était pas prêt à porter secours à l’empereur d’Autriche, du moins pas avec ses armées. Il répondit à l’ambassadeur de Vienne venu lui demander son aide : “De l’argent tant que vous voulez, mais pas d’hommes.”

 

Ferdinand II roi des Deux-Siciles

 Le 16 avril 1859, le gouvernement de Vienne lança un ultimatum à celui de Turin d’avoir à désarmer, pour le maintien de la paix. Le 20, Napoléon III mobilisait. Le 27, on apprenait à Naples que Leopold II, grand-duc de Toscane, “Zi Popo” comme l’appelaient familièrement ses cousins napolitains, avait été chassé par une insurrection. Le 29 avril, les troupes franco-piémontaises franchissaient la frontière austro-piémontaise en Lombardie. Le 22 mai 1859, deux jours après la première défaite autrichienne à Montebello et treize jours avant la bataille décisive de Magenta, Ferdinand II mourait. Il avait 49 ans et laissait le royaume dans les mains d’un incapable, “il suo caro Lasa” “son cher Lasa”, comme il le désignait dans son testament,  en un moment tragique de son histoire.

Mais une autre guerre commençait au sein de la famille royale. Marie-Thérèse, une fois veuve, n’avait aucune intention d’abdiquer de son influence. Et dès les premiers jours du règne de François II, une lutte de pouvoir s’engagea entre elle et sa belle-fille, qui n’avait pas non plus l’intention de s’effacer.

Marie Sophie et ses belles-soeurs à la mort de Ferdinand II

Durant la vie de son mari, la reine, désormais douairière, avait été, de par son action politique, la personne la plus importante du royaume. Elle était détestée par la bourgeoisie libérale. Les courtisans, dits du “Parti Autrichien”, tenants de l’absolutisme, la soutenaient. Pour marquer son pouvoir, elle se permettait d’entrer dans le bureau du nouveau roi sans se faire annoncer, et encore moins demander audience. Elle le tutoyait et continuait de l’appeler “Lasa” ou “Franceschino”, Lasagne ou Petit François, au grand déplaisir de Marie Sophie. Et ce d’autant plus qu’à chaque parole de sa belle-mère, François répondait en balbutiant : “Oui Maman !”

Pour son avènement François II proclama une amnistie pour les détenus du fait des évènements de 1848. Il avait également ordonné l’abolition du contrôle des citoyens suspects de libéralisme, système particulièrement détesté par la population. Cet acte laissait espérer une libéralisation du régime à la fureur du “parti autrichien” et de Marie-Thérèse. Elle intervint auprès de son beau-fils pour qu’à la suite de cette mesure libérale, il envoya un contre ordre secret aux préfets, leur demandant de ne pas tenir compte du décret officiel.

La nouvelle reine des Deux-Siciles

Marie Sophie, de son côté, avait décidé de se libérer, et de libérer son mari, de l’influence de Marie-Thérèse. François était pris entre  deux sentiments, celui de faire plaisir à sa femme dont il admirait la beauté et l’intelligence, et la peur quasi physique qu’il avait de sa belle-mère. Les premières manifestations d’indépendance furent futiles mais efficaces. La reine dépensa sans compter pour sa toilette, allant jusqu’à changer de tenues quatre fois par jour, alors que la reine douairière portait chaque jour la même robe noire.

La reine des Deux-Siciles

Elle fuma ostensiblement devant elle. Après avoir découvert l’art de la photographie, elle ne cessa de se faire tirer le portrait. Elle montait à cheval tous les jours. Et enfin comble d’audace, elle se baignait en public dans le port de Naples, à la grande joie des assistants. Marie-Thérèse enrageait de ne pouvoir rien faire

Lorsque la photo de Marie Sophie parut en première page du “Journal des Dames”, à Paris, faisant ainsi concurrence aux deux autres beautés de l’époque, sa soeur Elisabeth et l’impératrice Eugénie, de rage Marie-Thérèse déchira le magazine. Enfin, comble de rébellion, la reine réussit à faire admettre ses chiens dans la salle-à-manger et s’entoura de perroquets et de canaris, tous ces animaux étant détestés par la reine douairière.

Palais royal de Naples

Mais Marie Sophie marqua un point beaucoup plus important en montrant son vrai caractère fait de bravoure et de courage. La garde suisse du roi, le 7 juillet 1859, n’acceptant pas l’abolition de leurs régiments, demandé par la Suisse et à laquelle le roi consentait, prit les armes contre lui et se porta vers le palais royal. Dans l’affolement de ce qui tournait à l’insurrection, Marie-Thérèse s’apprêtait à fuir, avec ses enfants, François II s’était réfugié pour prier dans la chambre de sa défunte mère “la Regina Santa”. Marie Sophie, avec sang froid, au risque de faire tirer dessus, affronta les rebelles, auxquels après avoir écouté leurs doléances, elle ordonna de rentrer dans leurs casernes, ce qu’ils firent.

Pour François, il s’est agi d’un miracle dû à sa sainte mère. Mais Marie Sophie eut droit à l’admiration des Napolitains pour son courage. Lors de l’exposition des reliques de Saint Janvier, le sang de ce dernier se liquéfia dans son ampoule. Le présage était mauvais.

La cour était désormais divisée en deux partis, le “parti autrichien” avec à sa tête la reine douairière, l’aristocratie, l’armée et l’église et le “parti constitutionnel”, à défaut de libéral avec à sa tête le général prince Carlo Filangieri di Satriano, qui mettait ses espoirs dans la nouvelle reine.

La rencontre du prince et de la reine fut comme un coup de foudre. Aucun des deux n’était libéral, mais les deux comprenaient le besoin de changement dans le royaume des Deux-Siciles. Filangieri était un héros des guerres de Napoléon pour lequel il avait combattu. Pour la reine, admiratrice de Napoléon comme sa famille de Bavière, c’était un élément important. Mais Filangieri, après avoir été destitué par les Bourbons, fut réhabilité par eux, en raison de ses qualités militaires, reconnues de tous.

Il n’avait pas hésité en 1848 à faire bombarder Messine qui se révoltait contre eux auquel ils n’était fidèle que par son serment de soldat et non par conviction intime. Marie Sophie aspirait à être une héroïne. Elle fut séduite par la franchise du veux soldat qui lors de leur première rencontre lui dit : “Majesté, les rois doivent se faire avant tout craindre et s’il est possible aimer. Mais notre souverain ne réussit ni l’un ni l’autre.” Et cela, elle le savait.

François II désigna le prince comme chef du gouvernement, sous l’influence de sa femme, mais il fut entouré de ministres à la solde de Marie-Thérèse, un ambigüité dangereuse. La reine et le prince n’étaient pas toujours d’accord. Marie Sophie était favorable à la constitution mais ne voulait pas entendre parler d’accord avec les Savoie. Filangieri, au contraire, pensait qu’il fallait au royaume des Deux-Siciles se rapprocher de Napoléon III, de l’Angleterre et éventuellement du Piémont. François II ne savait quel parti prendre. Pour lui, le sort de son royaume dépendait de la Providence divine. Et il passait son temps à répéter “Dieu que cette couronne est lourde à porter”. Et il se réfugiait dans la lecture d’ouvrages théologiques voire mystiques, sous l’influence de son confesseur Mgr Borelli.

Carlo Filangieri, prince de Satriano (1784-1867)

Pour l’église le Piémont et les Savoie étaient des parents du diable, car trop libéraux, voire maçonniques. La politique de Cavour à l’époque n’avait pas pour objectif l’unité de la péninsule. Une fois le nord de l’Italie, à commencer par la Lombardie, la Vénétie, les duchés de Parme et Modène et le grand-duché de Toscane conquis, il considérait que le reste, soit les Etats Pontificaux et le royaume des Deux-Sicile, pouvait rester indépendants. Il offrit à François II, en échange de son soutien dans la guerre d’indépendance contre l’Autriche, la réciprocité de l’indépendance entre les deux royaumes et une libéralisation du régime napolitain, de lui laisser les villes de Perugia et d’Ancona, dépendant des Etats Pontificaux. Cavour demandait également que soit neutralisée Marie-Thérèse dont l’influence absolutiste empêchait toute évolution.

Ayant reçu cette offre, qui le satisfaisait, le prince Filangieri objecta à l’envoyé de Cavour qu’il lui semblait difficile que son souverain, beau-frère de l’empereur d’Autriche, accepte de lui faire la guerre. Ce à quoi l’envoyé, le comte Salmour, répondit que les Savoie étaient également liés aux Habsbourg et que les affaires d’état passaient avant les liens familiaux. Filangieri répondit : “ Vous ne connaissez pas notre roi.”

En effet, quand il apporta ces offres, le prince se vit répondre par François II  “ Mais c’est un vol, un vol du pape !”, parlant des deux cités qu’on lui proposait. Filangieri, ayant compris que cela signifiait la fin des Deux-Siciles, offrit sa démission au souverain. Il accepta toutefois d’être rappelé, pensant pouvoir encore influencer le souverain, avec l’aide de Marie Sophie, décidément acquise à l’idée d’une constitution. Prenant l’exemple de la Bavière, état constitutionnel depuis 1848, et où tout se passait bien, elle finit par convaincre son mari. “ La monarchie est une institution trop puissante pour avoir peur d’un parlement, et une constitution rallierait les progressistes au trône, de telle manière que le constitutionnalisme ne serait plus le monopole des Savoie”, dit-elle avec raison.

Devant un tel danger libéral, Marie-Thérèse rameuta ses troupes et organisa un complot pour destituer son beau-fils et mettre sur le trône son fils aîné, Louis, comte de Trani. Le 4 septembre au matin du jour où Filangieri devait lui remettre le projet de constitution François II fut mis au courant du complot. La réponse de François fut “ Mon père avait raison, constitution égale révolution.” 

Marie Sophie demanda alors à Filangieri de réunir les preuves de la trahison de sa belle-mère. Furieuse, en présence de Filangieri, elle les montra à François, qui lui demanda ce qu’il devait faire. Elle lui répondit : “Châtie-la, Lasa, châtie la.”“Mais Sophie comme puis-je faire une chose pareille à la femme de mon père ?” dit-il alors. Et il ne fut plus question du complot, ni de constitution.

Le prince Filangieri donna sa démission le 16 mars 1860. En le croisant au palais, Marie-Thérèse triomphante fit le geste de lui cracher au visage et lui claqua la porte au nez. Marie Sophie, dès lors, cessa d’adresser la parole à sa belle-mère, se contentant de la saluer quand elle la croisait.

Filangieri était un véritable homme d’état qui avait compris que la survie de son pays dépendait de nouvelles alliances. L’Autriche était vaincue et un rapprochement avec Napoléon III, favorable aux Deux-Siciles, était la seule chance. Napoléon III contrôlait la politique du Piémont qui ne pouvait rien faire sans lui. Il était un allié de poids et n’aurait pas permis la fin d’une monarchie aussi vieille que l’Europe si celle-ci avait embrassé le siècle.

François II prit alors comme premier ministre le prince de Cassaro, un ami personnel de sa belle-mère. Les jeux étaient faits.(A suivre – Merci à Patrick Germain pour ce récit)

François II et Marie Sophie