Sophie-Charlotte, duchesse en Bavière, soeur de l’impératrice Sissi, est née à Munich en 1847. Elevée très librement au sein de la famille du duc Max, Sophie-Charlotte devient l’un des plus beaux partis. Sa mère, la duchesse Ludovika se met à rêver de prestigieuses épousailles.

Très proche de son cousin, le roi Louis II de Bavière, dont elle partage la passion pour Wagner, elle comble les espoirs maternels avec l’annonce de leurs fiançailles en 1867. Toutefois, le roi Louis II étant homosexuel, il se sent prisonnier de cette situation et repousse à maintes reprises la date du mariage.

En octobre 1967, le duc Max somme le Roi de clarifier sa position. Les fiançailles sont rompues avec tout ce que cela peut comporter comme humiliation pour la jeune femme. Toutefois, en septembre 1868, elle épouse le prince Ferdinand d’Orléans, duc d’Alençon, fils du duc de Nemours et petit-fils du Roi Louis-Philippe des Français. Le couple aura deux enfants.

Ebranlée par plusieurs décès tragiques au sein de la famille de Bavière, elle est hospitalisée (suite aussi à une relation extra-matrimoniale avec un médecin) dans une clinique en Autriche. Après ce long séjour en milieu hospitalier, elle retourne auprès de son mari et ses enfants, et devient très pieuse.

Elle décèdera en 1897 dans l’incendie du Bazar de la Charité où elle s’occupait d’un stand. C’est à la cérémonie de ses funérailles que sa nièce la duchesse Elisabeth en Bavière rencontrera son futur époux Albert de Belgique.

Domnique Paoli, “La duchesse d’Alençon. Sophie-Charlotte, soeur de Sissi”, Editions Racine, Collection “Les racines de l’Histoire”, 1999, 295 p.