Le musée Yves Saint Laurent de Paris présente, comme Noblesse & Royautés vous l’avait annoncé, un nouveau parcours scénographique qui fait la part belle aux robes du soir du couturier. L’occasion rêvée pour se pencher sur ces tenues de soirée viscontiennes à souhait.

D’ou vient qu’il y a chez les femmes, lorsqu’elles regardent les robes du soir d’Yves Saint Laurent, comme une sorte de coup de coeur, une émotion, un frisson qui tiennent à la fois de l’intime et du spectaculaire? A cause de la présence du rêve, de la poésie, de la fantaisie ?

Des réminiscences qui leur parlent d’opéra, de peinture, de roman, de fantasmes, de légendes ? Il y a du mystère, du magnétisme dans ses créations qu’il exerce en souverain sur le monde de la mode.

La fascination tient aussi au fait qu’il n’a pas voulu faire seulement de l’art, de la beauté, du divertissement. Car il pose un regard tendre au plus profond d’un décolleté audacieux, dans la fausse rigueur d’un smoking, derrière la transparence d’une mousseline coquine, sous la grâce désuette d’un pouff de taffetas ou le romantisme d’un châle de dentelle.

Alors vite, vite, précipitez-vous avenue Marceau pour voir ces robes de gala et  promenez voius comme dans un livre de sortilèges. Et sachez qu’à partir du 2 octobre, le musée présentera sa première exposition thématique: “ L’Orient rêvé d’Yves Saint Laurent“.

Le rêve est  bien le maître-mot de ce couturier singulier. (Merci à Bertrand Meyer – Copyrught photos : A.Guirkinger/L.Castel)